Un an après le retour de voyage, un livre photo

Posté dans : Conseils, Home, On a testé | 12

P1030465

Quel déchirement et quel plaisir de réouvrir, l’un après l’autre, les petits dossiers qui renferment les images numériques grappillées durant notre année de voyage. Ces photos, je ne les ai pas regardées pendant un long moment, après le retour. Et puis j’y suis revenue, souvent, très souvent. Encore aujourd’hui, je redécouvre des moments, des angles qui m’inspirent, je n’y vois jamais la même chose, finalement. Concocter un livre-photo sur la plateforme CEWE s’est révélé être un merveilleux exercice : comment, en quelques images, résumer un passage, un moment, un pays ? Il faut essayer. Ne pas serrer trop les images parce que sinon c’est moche. Se demander, toujours : « mais quand j’ouvrirai le livre dans quinze ans, que verrai-je dans cette photographie »?

Imaginer son livre à soi

Se lancer dans la conception d’un livre photo, ça peut sembler décourageant. Mais pour s’en sortir, il suffit de s’organiser… D’abord, j’ai laissé cette idée grandir dans un coin de ma tête en regardant ce qui était possible sur le site de CEWE. La logique chronologique s’est imposée d’elle-même puisqu’il s’agit d’un voyage d’un an, c’était donc plus simple de retracer le chemin parcouru. Mais on peut aussi imaginer d’autres manières de classer ses photos, selon le thème. Ensuite, j’ai pensé au budget. Je pense qu’il vaut mieux le faire tout de suite, sinon, on a toutes les chances de se laisser porter et de découvrir après avoir fait le travail qu’on a eu les yeux plus gros que le ventre… J’ai donc choisi de dédier une double-page à chaque pays (parfois, je le confesse, j’en ai laissé deux, et parfois, j’ai réuni des pays). Par ailleurs, j’ai eu envie de tester un papier de meilleure qualité, pour voir la différence avec d’autres livres photo. Une fois le format, le type de papier et surtout le nombre de pages choisis, on a déjà une idée claire de ce que sera ce livre photo. D’ailleurs, j’entre un peu plus dans les détails dans cette petite interview. Forcément, ça change de l’époque où l’on enchaînait les clichés les uns derrière les autres, glissées dans les pochettes plastique d’un album…

Le choix des photos

Plutôt qu’un « témoignage » de chaque région du monde où nous sommes passés, j’ai préféré sélectionner des moments. Puisque de toute évidence, on ne pourra jamais donner un aperçu complet, autant évoquer certains souvenirs précieux, qui en appelleront forcément d’autres…

P1030466

Alors, maintenant que le livre est fini, je suis parfois dit « zut, j’aurais pu mettre ça, et puis ça, aussi… » mais tout l’enjeu est donc de sélectionner le ou les moments-clé. Une fois qu’on l’a… On sait qu’on l’a :) Pour certains pays, je n’ai pas hésité à « éclater » une photo sur toute la page, tandis que pour d’autres, j’ai morcelé l’espace, en essayant de donner un aperçu de ce que j’avais ressenti dans ce pays avec un ensemble d’images. C’était le cas, par exemple, pour la page sur Shanghaï ou sur la Thaïlande.
J’ai aussi essayé de faire attention à la complémentarité des photos. Mettre deux paysages l’un à coté de l’autre peut parfois donner une impression de plat, de vide, tandis qu’une certaine dynamique peut émerger quand on place un détail près d’un espace dégagé, un portrait près d’une rue bruyante… Bref, il faut prendre du recul et observer l’effet obtenu par la page dans sa totalité, une fois montée. Mettre le plus de clichés possible ne donnera pas forcément le meilleur effet.

P1030532

Un peu de technique 

Globalement, le montage du livre est assez facile une fois que l’on sait ce qu’on veut mettre dans la page. A droite de l’écran, vous avez votre « bibliothèque », où vous allez à la pêche aux photos, et à gauche, la maquette du précieux bouquin. On peut choisir d’avoir un modèle de page préconçu ou de se lancer pour bâtir sa page comme on l’entend. J’ai eu tendance à faire ça, pour adapter un peu comme je voulais. J’aurais bien aimé qu’il y ait plus de modèles de pages, finalement, notamment pour les pages où j’ai choisi de jouer sur l’horizontalité (j’ai fait au pif pour avoir des colonnes plus ou moins égales).
Ensuite, il n’y a qu’à glisser et ajuster les photos. Pour cela, c’est très intuitif. Il y a un outil important : le petit bonhomme visible en haut : si il est vert, la qualité de la photo est suffisante. Si il est jaune ou orange, mieux vaut changer de photo pour avoir un bel effet. Je doutais souvent que telle ou telle image passe bien, du coup, ce petit indicateur m’a bien aidée. Sinon, il est intéressant de se servir du mode « aperçu », simplement pour voir son livre sur un fond neutre afin de repérer les cadres pas bien alignés et les fautes.

 

Si, dans ma vie professionnelle, j’utilise souvent des logiciels de mise en page, je pense tout de même que l’outil de CEWE est maniable et accessible. Encore une fois, je n’ai pas testé l’assistant, mais même sans, on prend le tour de main très vite.

Si vous avez besoin de plus d’avis sur la manipulation de ce logiciel, je vous conseille de jeter un oeil sur Le blog de Sarah et chez One Chaï, ça va vous donner plein de belles idées !

P1030527

Une ode au papier 

Résultat : j’ai eu le livre entre les mains, et j’ai trouvé ça fou. Pardon, mais ça fait un truc. Et puis la livraison a eu lieu pile le jour de mes 25 ans, autant dire que ça tombait plutôt bien. Je confesse que je ne m’étais pas rendue compte, lors du choix du format, de la taille qu’allait avoir le bouquin. C’est vraiment très grand. J’aurais peut-être dû canaliser mes élans mégalo (rires) mais en même temps, ça n’arrive jamais de voir ses photos en « très grand » :) Manu aussi est plutôt fier et ne cesse de sortir le bouquin dès que quelqu’un passe par là. C’est une histoire qu’on se raconte, et qu’on se raconte encore…

Là, soudain, on se rend compte que le numérique, c’est bien, mais le papier, c’est autre chose. J’ai toujours eu à coeur de faire développer mes photos préférées, mais les présenter sous forme de livre apporte encore quelque chose en plus. On voit les choses différemment. On plonge dans le souvenir, on se le prend en pleine face, parce que l’image est là, entre nos mains, et pas juste sur un coin d’écran.

Et vous ? Avez-vous déjà publié vos photos sous forme de livre ? Avez-vous apprécié l’expérience ? Aimez-vous présenter cet ouvrage autour de vous ?

livrephoto
Et voilà la bête ! Featuring le beau bull en laine d’alpaga que m’a tricoté ma maman pour mon anniversaire…

 

12 réponses

  1. Laurent
    | Répondre

    Effectivement, tu as vu les choses en grand Sarah :-) Ça m’avait tenté également ces très grand format, surtout pour les paysages, ça permet de vraiment se plonger dedans ! Mais voulant également de mon côté avoir pas mal de pages, il a fallu faire un compromis.
    Merci pour le p’tit lien en tout cas :-)

    • Sarah Lachhab
      | Répondre

      C’est interessant de voir differents rendus ! Bon week end Laurent ;)

  2. sandrine
    | Répondre

    Punaise! Mais c’est ça qu’il faut offrir aux gens pour Noël! Des tirages trop beaux de vos aventures ! (ou pour l’anniversaire des copines hein, comme tu veux :) )

  3. La Luciole
    | Répondre

    J’ai fait un calendrier pour ma maman à Noël (oui je sais, c’est sooooo kistch mais l’idée m’a fait rire, puis moi aussi j’ai eu une opportunité de le faire pour pas grand-chose), quand je vois déjà comment je me suis pris la tête pour savoir quelles photos choisir et où la placer, alors que j’avais que 13 pages à réaliser (oui, 12 mois + la couverture, enfin voyons, c’est évident, non ? ^^), je me dis que ça a dû être une belle galère pour un livre. J’ai trop hâte de recevoir le rendu final (angoisse supplémentaire, arrivera-t-il en temps et heure…. hiiiii) pour voir ce que ça donne, une fois imprimé. Mais j’aime aussi beaucoup avoir mes photos sur papier, pour les accrocher partout ou faire des albums de mes voyages. Je crois donc comprendre (un petit peu au moins) ce que tu ressens et je me dis qu’à l’occasion, je me lancerai peut-être moi-même dans un chantier pareil. :) Tu m’as donné envie en tout cas ;)

    • Sarah Lachhab
      | Répondre

      C’est un bon exercice c’est sur ! En tout cas tous ces trucs ca permet de bien s’eclater ;)

  4. Olivia
    | Répondre

    J’ai fait un livre photo de mon voyage au Pérou en 2013. Enfin, un livre… En 2 parties !!! Oui, le tri des photos a été difficile, surtout pour un pays avec tant de sites magnifiques / époustouflants / fascinants ! Donc ça m’a coûté bonbon. Mais quand je les regarde, petite fierté quand même !
    Je n’ai pas utilisé CEWE, mais un concurrent bien (qui vend des livres, des CD, des ordinateurs et plein d’autres choses, si vous voyez duquel je parle), qu’une amie m’avait recommandé. Logiciel facile à utiliser, et intuitif, mise en page libre ou guidée, c’était bien. Je pense que je le referais si j’en avais l’occasion, en contenant mes ardeurs pour le choix des photos cette fois !!

    • Olivia
      | Répondre

      * concurrent bien CONNU (j’ai oublié un mot)

    • Sarah Lachhab
      | Répondre

      Ah merci se confirmer que le choix des pjotos cest la galere ;)

  5. Julie
    | Répondre

    Fais un concours pour gagner le livre ! Sinon, je suis preneuse pour l’acheter ! Ca a l’air très chouette et ça donne envie de te copier (un peu) aussi ;)

    • Sarah Lachhab
      | Répondre

      Tu me fais rougir Julie ;) au fait à quand un Tome 1 des Caribous ?

  6. dgidgil
    | Répondre

    Je découvre ton blog et les superbes photos de ce livre de voyage. Je suis bien d’accord avec tes observations.
    Pour ma part, j’en ai fait un aussi pour mon voyage en Australie, pour nous, mais aussi pour mon fils qui avait alors 18 mois. L’idée étant aussi d’essayer qu’ils puissent conserver (reconstruire?) certains souvenirs de ces beaux moments.
    Livre effectué avec Blurb. Au début, je ne comprenais pas trop comment faire, (je dois pas être très douée) et ensuite c’était parti. Ca m’a pris du temps, car j’ai choisi des mises en page différentes à chaque fois, mais je suis ravie du résultat, avec une bon rendu des photos. C’est sûr ça m’a couté plus cher qu’un album avec pochette plastique, mais le rendu est bien meilleur. Et mon fiston aime beaucoup le regarder avec nous, donc l’effort et surtout le temps passé sont récompensés!

Répondre