Griller sa première pellicule Instax à Berlin

P1040204Sous le sapin, cette année, un appareil Fujifilm Instax mini m’attendait très sagement. Après quelques premières photos de famille, c’est à Berlin que je l’ai réellement essayé. Vous savez, c’est l’un de ces nouveaux appareils à Polaroïd, si je puis dire, qui permettent de faire des clichés instantanés de petit format. Très mignons, ils sont parfaits pour le voyage. Seulement, j’ai vraiment galéré avec le premier paquet de vues… Et je vous raconte comment. 

La première fois que j’ai vu un petit appareil comme celui-ci, c’était à Singapour. Honnêtement, je pensais que l’heure des photographies instantanées était terminée. J’ai repensé à cet appareil Polaroïd acheté un euro dans un marché aux puces : design mais inutilisable, ou presque. Et puis Jessica, notre hôte couchsurfing, avait sorti cet appareil à la forme sympathique et assez drôle, il faut le dire. On s’est pris en photo tous les trois, et elle nous a offert l’un des clichés. C’est un souvenir différent. Un truc un peu unique, qu’on garde dans le portefeuille, qu’on n’oublie pas (la preuve).

photo 1
Salut papy !

Plusieurs blogueurs, comme Violaine de Vio’Vadrouille et Julien de J’aime le Monde ont trouvé des idées ingénieuses pour valoriser ce moyen de faire des photos durant leurs voyages. Par exemple, en faisant une première photo instantanée et en la photographiant en numérique dans les mains du modèle, ou dans un détail du décor. Comme c’est bien vu !

C’est donc à tout cela que je pense quand je m’approprie mon appareil Instax. Comment l’appeler, déjà, je ne sais pas. Ce n’est pas vraiment du Polaroïd et Instax, franchement, ça sonne un peu mal. On verra. Je l’emmène avec moi à Berlin, avant de découvrir que le passage dans les rayons X à l’aéroport peut être dangereux pour le film. Non, non, je ne me cherche pas d’excuses ! Je ferai attention la prochaine fois, cela dit, j’ai toujours un doute. Les photos auraient-elles été différentes sans cette petite douche de rayons X ?

Polasberlin

Comment ça marche ? 

Le fonctionnement est vraiment très simple. On allume l’appareil en « dépliant » l’objectif, après s’être assuré que des vues étaient disponibles. Charger la pellicule, par ailleurs, c’est simple comme bonjour. Les films sont un peu chers, mais en les achetant en lot, on s’en sort (une soixantaine d’euros pour cent vues). L’appareil ne permet quasiment aucun réglage, eh oui, c’est le jeu. En détectant la lumière, il « conseille » tel ou tel mode (je les appelle petit soleil, soleil, maison et nuage, voilà, hein) et ensuite on décide d’obéir ou pas. Le flash se déclenche à tous les coups, c’est comme ça. Pour obtenir des photos a priori plus « lumineuses », on choisit le mode « hi-key » qui ne m’a pas vraiment convaincue.

P1040188

 

Choisir un souvenir 

A l’inverse des appareils numériques où l’on ne se pose pas nécessairement la question du cadrage immédiatement étant donné qu’on peut réaliser autant de photos que l’on veut, là, on s’y prend à deux fois. « C’est mignon ce petit chat! Est-ce que ça vaut vraiment une photo pola ? Oui ? OUI ? Ok ». Ca peut influencer les choses. Cela dit, le risque est de devenir un grand stressé du cliché : si ça loupe, au pire, on s’en fout. C’est le jeu, aussi. Et donner ces photos autour de soi, comme l’a fait Jessica, comme le font plein de voyageurs, c’est un vrai sentiment agréable. J’aime bien savoir que ces petites photos restent conservées, quelque part, dans des portefeuilles très loin.

P1040192

Une image loupée, un éclat de rire 

Je le confesse enfin : ma première série de vues ne m’a pas porté chance. Celle qui m’a fait le plus rire, je crois, c’est la photo d’un métro arrivant sur le quai (je vous le décris, vu que la photo est toute noire, vous ne pouvez pas savoir) j’ai tenu au bout de mes doigts ce cliché noir pendant au moins un quart d’heure en disant « mais attends, ça va s’éclaircir… ». Mais ces images, qui sortent toutes blanches de l’appareil et gagnent en couleurs en quelques instants, font rarement marche arrière. C’est pas grave, c’est marrant.
Il me faut encore comprendre comment obtenir une mise au point : je crois, pour l’instant, qu’il vaut mieux avoir quelqu’un au premier plan. Malgré tout, j’aime bien la vue de la sortie de l’arrêt « Kottbusser Tor » que je trouve assez romantique.

L’autre grand moment, il est arrivé au matin, lors de notre déjeuner avec nos amis Aurélie et Jens. J’explique à Aurélie le fonctionnement de l’appareil, et là, sans s’en rendre compte, elle presse sur le déclencheur. Flash ! Cris ! Mouvements brusques ! On se cache pour rire, on retient notre souffle : que va révéler la photo ? Ah ben… C’est notre voisine. On pourrait lui donner la photo mais on a trop honte (et il faut dire qu’elle n’est pas si jolie, l’image, pas la voisine). Ce qui est certain, c’est que nous ne sommes pas prêts d’oublier ce coup de flash.

Je me réjouis donc de tester une nouvelle pellicule en Ecosse, dans trois semaines. Si vous avez des conseils ou des idées de mise en scène rigolotes, lâchez-vous !

7 réponses

  1. Valentine
    | Répondre

    J’adore ce petit appareil. Toujours très sympa à avoir sur soi. Surtout pour des voyages!

  2. superadmin
    | Répondre

    Salut,

    Tu as bien fait de ne pas acheter un appareil Polaroid.

    La marque Polaroid a été rachetée par un fond d’investissement et la marque est vendue sous licence à des chinois donc les produits sont pas terribles…

  3. Lucie A.
    | Répondre

    Un petit appareil unique qui te donnera j’en suis sûre des jolis clichés uniques! J’ai hâte de voir les prochains!

  4. Malicyel
    | Répondre

    J’ai une amie qui a laissé un appareil comme ça à son mariage et c’était super chouette car du coup tout le monde s’est beaucoup photographié avec, c’est très pratique et facile à utiliser ! Si tu veux des idées, pourquoi pas :
    – confier l’appareil aux belles rencontres de ton voyage et les laisser faire = ils font la « pause » qu’ils veulent et tu gardes tout
    – dans la même variante, demander aux gens que tu rencontres de prendre en photo un détail du paysage de leur choix, et tu regarderas tout à la fin
    – Dans la variante « je photographie une photo », tu peux faire aussi le mode « la personne prend en photo un détail qui lui plaît (genre un panneau) et tu la prends en photo avec la photo dans la main (dur à expliquer, en gros si elle prend en photo le panneau, tu joues avec le numérique sur l’angle pour qu’on la voit elle et que sa photo soit « à la place » du panneau irl)
    Bref, pour moi, je pense qu’il faut surtout que tu réfléchisses instantanéité. C’est pas avec un instax que tu pourras prendre de beaux paysages, il y a beaucoup le côté échanges, détails, moments qui joue…mais je pense que tu trouveras bien une idée ;)

    • Sarah Lachhab
      | Répondre

      Hey ! Merci pour toutes ces bonnes idées ! En effet c’est plus un appareil « social » qu’autre chose : on joue avec ceux qu’on rencontre, on se prend en photo soi et les autres. On garde chacun des souvenirs dans la poche :)

  5. Nico
    | Répondre

    « Mais ces images, qui sortent toutes blanches de l’appareil et gagnent en couleurs en quelques instants, font rarement marche arrière. C’est pas grave, c’est marrant. »
    Pas grave, pas grave, quand même 1 euro la photo :p

    • Sarah Lachhab
      | Répondre

      Salut Nico ! Ravie de te lire ! Tu as raison parfois ça peut être relou mais bon… Comme on en fait pas des tonnes, de photos avec cet appareil, ça passe :) faudra voir au bout de plusieurs paquets la part de « réussies ». Par ailleurs en achetant un lot j’ai pu faire baisser le prix de la photo à 60 centimes :) c’est encore énorme mais c’est un tout petit peu mieux…

Répondre à Valentine

Cliquez ici pour annuler la réponse.