Mon abécédaire sentimental à Edimbourg… la suite ! (2/2)

Posté dans : Ecosse, Home, Royaume-Uni | 2

photo 1Vous avez plutôt apprécié la première partie de l’abécédaire sentimental sur Edimbourg, voici la suite, qu’il a fallu laisser mariner quelques jours : eh oui, cette partie-là de l’alphabet est un tout petit peu plus épineuse.

N comme… National Museum of Scotland 

Je voulais vous en parler plus tard mais je ne résiste pas. Un peu par hasard (en fait parce que quelqu’un me l’a recommandé en passant devant un soir) j’ai visité le National Museum of Scotland, qui est gratuit et qui se situe sur Chambers Street, en plein centre-ville. Le musée est vraiment très éclectique : déjà parce qu’il est né de la fusion du musée de l’Ecosse et du musée royal qui comportait toutes sortes de collections. La richesse des expositions est assez folle et ils jouent beaucoup sur ce côté salade composée. Je vous reparlerai de ce musée dans un autre article, mais il faut absolument prendre un moment pour y entrer, ne serait-ce que pour cette vue…

P1040588

J’aurais pu mettre… New Town, mais on en a déjà beaucoup parlé :) 

O comme… Onéreux 

J’en profite aussi pour parler du coût de la vie à Edimbourg, qui est assez élevé pour un petit portefeuille français, surtout en temps d’euro faible. En terme de consommations, le thé ou le chocolat le moins cher que j’ai bu coûtait 2 pounds, ce qui fait déjà 2,75 euros. Mais en général, il fallait compter un peu plus. Comme je ne suis pas très forte en conversion, en plus, je ne me rends pas vraiment compte. C’est vraiment facile de dépenser 10 pounds dans un bar pour se rendre compte ensuite qu’on a lâché pas loin de 15 euros pour deux bières. Côté « pub food », il faut compter environ 7 à 8 pounds pour une bonne assiette de fish and chips, lasagnes, haggis… Et par contre, j’ai toujours eu du mal à finir ma part. C’est copieux !

Côté hébergement, je n’ai pas trop de visibilité puisque j’ai été hébergée par des amis. Le dortoir le moins cher que vous pourrez trouver vous coûtera 10 euros la nuit. Mais pour le Baxter, dont je vous ai déjà parlé et que j’ai beaucoup apprécié, il faut débourser 25 euros par nuit. Une chambre en centre-ville coûtera au minimum 70€, après un rapide coup d’oeil.

Les prix des transports m’ont semblé plus abordables : 1,5 pound l’aller simple, 3,5 la journée. Et avec un aller simple, on peut vraiment aller loin, je vous raconterai plus tard comment j’ai fait un tour à la campagne pour visiter  Rosslyn Chapel !

P comme… Plage et Portobello

Forcément, il fallait parler de ce délicieux dimanche matin ensoleillé à Portobello, le quartier de la plage à Edimbourg. Plusieurs bus desservent ce petit village portuaire, c’est très facile d’y aller. Une belle promenade longe la plage, la vue est splendide et plein de petits cafés donnent sur le front de mer. Pour moi, Française continentale, c’est toujours la fête de voir la mer. Ce fameux dimanche matin, on arrive donc à Portobello pour le petit déjeuner. Une équipe est en train de faire accoster une petite barque, rien de plus normal un matin de février, me direz-vous. On s’installe à The Esplanade, un lieu parfait pour bruncher le week-end. Si vous êtes organisés, vous réserverez la table près de la fenêtre. J’ai mangé de délicieuses gaufres salées et j’ai adoré les toilettes (désolée, je n’ai pas pensé à faire des photos) décorées de mille photos de Marilyn Monroe. Le patron est australien, on le déduit assez rapidement en observant la décoration…

P1040521 P1040522

Plus tôt dans la semaine, j’étais déjà passée par la plage de Portobello avant de prendre le bus pour Rosslyn Chapel (je vous raconterai plus tard) et j’ai assisté à une scène rigolote. Une vieille dame qui, sereinement, pose ses affaires sur le sable et plonge calmement dans l’eau. Il faisait environ 6 degrés dehors, alors dans l’eau, je ne sais pas. En plus, elle a vraiment pris son temps et était encore dans l’eau quand je suis repartie. Ils ont la peau dure, ces Ecossais…

J’aurais aussi pu mettre : porridge, potatoes, Princes Street… 

Q comme… Queen Street et ses mystérieux jardins 

P1040354Cette fois encore, je suis retournée du côté de New Town, le quartier bourré de magnifiques immeubles victoriens. Il y a George Street et toutes ses statues marrantes, à chaque intersection, et puis Queen Street qui longe de jolis jardins, somme toute mystérieux. Quand je m’y suis baladée, les grilles des jardins étaient fermées, mais bon, je ne me suis pas posé plus de questions que ça. Mais malgré tout, j’étais intriguée par ces parcs grillagés, vides et fermés. En fouillant un peu, j’ai cru comprendre qu’ils étaient privés, ou néanmoins réservés à certains bénéficiaires. Fait de plus en plus contesté, si l’on en croit cet article du Scotsman (en anglais). En fait, on ne trouve pas trop d’infos sur ces parcs, du coup, c’est mystérieux et ça m’est resté en tête. Bon, si vous voulez vraiment vous mettre au vert, un peu plus au nord, vous tomberez sur le Jardin botanique Royal qui a l’air vraiment sympa. Je n’y ai pas été, en me disant qu’il serait plus intéressant à découvrir sous un ciel printanier ou estival…

De là, facile de visiter le quartier de Stockbridge, Dean Village, en passant par la jolie Circus Lane…

R comme… Royal Mile

Tout simplement, l’épine dorsale d’Edimbourg. A son extrémité ouest, il y a bien sûr le château, que je n’ai toujours pas visité. De là, on se laisse couler jusqu’au bout de l’artère, où l’on découvre le parlement écossais, le palais de Hollyrood, la résidence des rois d’Ecosse et de notre bonne copine Elizabeth II, et les ruines de l’abbaye éponyme.

P1040294

Cette rue, qui en regroupe en fait plusieurs, est un peu le début et la fin de tout, à Edimbourg. D’ailleurs, j’y suis allée en sortant du bus pour retirer quelques pounds, et j’y suis passée lors de mon dernier jour. Une foule de petites cours  secrètes et de raccourcis y débouchent et c’est un plaisir de les essayer : on ne tombe jamais bien loin et la surprise est presque toujours garantie. Bien sûr, c’est aussi la rue la plus touristique de la ville, beaucoup de boutiques colonisent un peu l’espace, mais malgré tout, la rue appartient aux Ecossais. Lors de mon premier séjour, un défilé a eu lieu le 31 octobre, et toute la rue était bondée. Et j’ai bien aimé ce que m’a dit l’une des filles qui travaillent à The Baxter Hostel : durant le Fringe, l’énorme festival artistique du mois d’août, elle n’avait même pas aperçu les boutiques tellement le Mile était tout le temps bondé. Ambiance !

Lors de ma dernière journée à Edimbourg, j’y suis passée quand, soudain, une sirène se lance et toute la mairie (ou une autre institution du genre) se met à se vider directement dans la rue. Drôle d’ambiance !

P1040636

S comme… Scott Monument

C’est l’un de mes repères. Quand j’ai eu besoin de donner un rendez-vous à Edimbourg, c’était là-bas. Ce drôle de monument qui ressemble à un sommet d’église posé par terre s’appelle le Scott Monument. Non pas le « Scots », comme j’ai toujours envie de dire, mais bien « Scott », comme Walter Scott, le célèbre écrivain né à Edimbourg (vous ne le connaissez pas, moi non plus, je l’ai découvert sur place). Il était tellement célèbre qu’à sa mort, la ville d’Edimbourg a décidé de lui ériger un bâtiment dans les jardins de Princes Street, tout près de la gare Waverley.

Il est possible de monter au sommet de ce bâtiment contre quelques pounds. Je n’ai pas encore pris le temps de le faire mais je suis certaine que la vue doit être sympathique… J’aime surtout ce monument pour sa forme inhabituelle, et parce qu’il est beau quand le soleil se couche.

J’aurais pu mettre : Scotland, pardi ! 

P1040539

T comme… Tea time 

photo 3En Angleterre, j’ai un peu regretté de ne pas avoir fait de « afternoon tea », ces immenses goûter un peu forts en sucre mais tellement mignons. Fin du suspense : je n’en ai pas fait non plus en Ecosse ! Cela dit, je n’ai pas souvent résisté aux pâtisseries. Dans la simplicité et le style, hein, toujours. Encore dans ma mémoire, le dernier scone. Il n’avait pas vraiment une tête de scone, mais il était vraiment délicieux. Servi, comme d’habitude, avec de la crème ET de la confiture. A vous de choisir votre poison.

Petite anecdote drôle : j’ai vu une amie irlando-écossaise à Edimbourg qui m’a proposé un rendez-vous en fin d’après-midi « for tea ». Première fois, je me pointe, et bim, on se retrouve dans un pub à commander à manger. Je me voyais bien boire un vrai thé, mais non, visiblement j’ai dû mal comprendre. Quand, quelques jours plus tard, elle me propose la même chose, j’ose lui demander : « mais pourquoi on dîne alors qu’on devait boire un thé? ». Eclats de rire. J’ai pas tout pigé mais si on vous invite pour le thé après 5h, c’est plutôt pour dîner. Mais si vous avez pris un vrai thé tard dans l’après-midi, vous allez donc dîner un peu plus tard, et dans ce cas-là, ce sera le souper. C’est simple hein. J’ai tout pigé.

J’aurais pu mettre… Trainspotting, Transports

U comme… Université

Lors de l’une de mes balades, j’ai décidé de mettre le cap sur le campus d’Edimbourg. Enfin.. J’ai décidé cela quand, d’un coup, tout le monde dans la rue était jeune. Je me suis dit que forcément, l’université devait être toute proche. Un petit coup d’oeil sur la carte, et hop, me voilà déambulant sur un bien joli campus, où la bataille électorale pour le nouveau doyen (?) faisait rage. C’est un peu à qui fait la meilleure promo. L’un des mecs était lui-même en train de tracter devant un bâtiment ! Chose incongrue : il semblerait que l’université ait son magasin de goodies, où l’on peut acheter kilts, sweat shirts, porte-clés, aux couleurs de la fac.

Le campus, organisé autour de George Square, donne également sur les Meadows, une fantastique étendue de verdure où certains font du sport pendant que d’autres mangent des crêpes. Ca vaut vraiment le détour !

V comme… Volcans 

P1040284C’est aussi une information qui arrive vite aux oreilles de tout nouvel arrivant. L’Ecosse n’est pas pauvre en volcans et on en a un beau spécimen en plein centre ville, en la personne d’Arthur’s Seat. Rassurez-vous, il est éteint et ne se rallumera pas. Il est d’ailleurs en bonne place dans les « must » de la ville d’Edimbourg, tant la vue que l’on découvre de la ville depuis son sommet, atteignable en une toute petite marche depuis le centre-ville, est époustouflante.

L’ADN volcanique, on l’aperçoit aussi sur la plage où, par endroit, des trainées de sable noir zèbrent la côte. Moi, j’aime bien ce coté « ville volcanique ». C’est corsé. C’est chic.

 

W comme… Waverley Station 

D’abord, je ne trouvais pas d’occurrence pour ce W et ça me désolait : c’est une lettre commune dans la langue anglaise. Et puis j’ai pensé à « wee », un mot typiquement écossais qui veut dire « petit ». Ca m’était complètement passé au-dessus la première fois. Là, j’ai vu le mot passer quelques fois. C’est mignon, non ?

P1040548Et, d’un coup (ça m’a réveillé en pleine nuit, hein), j’ai pensé à Waverley Station. Cette gare, si étrange, si unique, en fait, c’est la clé d’Edimbourg pour moi. C’est elle que j’ai vue, le tout premier soir. Il ventait si fort dehors mais je ne le savais pas puisqu’elle est engoncée dans le lit d’un ancien cours d’eau. Il faut se laisser traîner par deux escalators si lents pour arriver au niveau zéro, au niveau de la vie. Et se prendre Princes Street et les bourrasques en pleine gueule. De l’autre côté, la silhouette du château se dessine. On aperçoit aussi North Bridge, les hôtels de luxe, les jardins. Cette gare, elle attire direct la sympathie. Pleine de lumière de jour, on peut rester des heures sur ses passerelles ou face à l’immense tableau des trains qui partent en rangs serrés. Il y a un détail que j’aime particulièrement : c’est, paraît-il, la seule gare au monde qui porte le nom d’un livre : Waverley, du fameux W. Scott. J’ai déjà dû le mentionner mais c’est assez fou pour le dire deux fois.

 

J’aurais pu mettre… Whisky !

 

P1040643

X comme… eXtraordinaire (désolée) 

Oui, oui, oui, je suis faible. Mais que voulez-vous : je n’ai pas vu de xylophone à Edimbourg. Alors j’en profite pour en remettre une couche pour dire à quel POINT je me suis sentie bien dans cette ville et avec combien d’empressement je vous encourage à programmer un petit séjour là-bas. Vous ne serez pas étonnés de lire que j’ai déjà envie d’y retourner, histoire de voir comment c’est Edimbourg au printemps ou en été, après les sessions d’automne et d’hiver…

Y comme… Yes !

Ils ont presque tous disparu mais certains, aux fenêtres, ont survécu. Les petits drapeaux YES rappellent le récent référendum qui invitait les Ecossais à se prononcer pour ou contre la sortie du Royaume-Uni. Après le passage du « non » à l’indépendance, l’Ecosse attend de voir comment les relations avec Londres évoluent. Promesses. Câlins. Mains tendues… Pour le visiteur de passage, rien qui puisse se sentir comme les odeurs de vieille patate mais c’est intéressant d’essayer de poser quelques questions à ce propos.

 Z comme… Zoo

Oui, la fin de cet abécédaire est un gigantesque hold-up ! Il y a un zoo à Edimbourg. Je n’y étais pas. Mais je n’arrivais pas à me résoudre en mettant Zen ou Ze end (ou Zlatan), quoi. Donc… Zoo. Et vu le prix de l’entrée – 17 pounds – je préfère vous promettre de visiter le château la prochaine fois plutôt que me pointer au zoo. Deal ? Deal.

Voilà, je finis ici ce petit abécédaire qui a été un chouette petit challenge pour essayer de parler de la ville un peu différemment. Je m’y essayerai à nouveau lors de futurs voyages ! En y pensant avant, je pourrais sans doute mieux soigner l’illustration.

Sinon, pour finir sur une pépite drôle, je suis tombée sur ce dictionnaire de dialecte écossais. J’ai bien rigolé en lisant quelques définitions, genre celle-là : babbs : bouts de peau lâche sur le visage, quand la barbe n’a pas été rasée depuis deux ou trois jours. Je traduits à l’arrache, hein, mais c’est trop marrant.

Capture d’écran 2015-03-03 à 12.34.02 Capture d’écran 2015-03-03 à 12.33.29 Capture d’écran 2015-03-03 à 12.34.16

 

2 réponses

  1. argone
    | Répondre

    très chouette ton abécédaire …. cette gare est vraiment spéciale, on y est allés quand on a pris le train pour Glasgow !

  2. Violaine
    | Répondre

    LE KIFF!!! J’ai adore ton abécédaire, super moyen de partager son experience!
    Au passage, le jardin botanique vaut le coup d’oeil, c’est vraiment joli ! hihih
    ;)

Répondre à Violaine

Cliquez ici pour annuler la réponse.