Moscou : petits détails intrigants et anecdotes rigolotes

Posté dans : La petite histoire, Russie | 6

moskvaRetour en arrière ! Voici enfin une petite vidéo qu’on a faite pour rigoler, où l’on présente deux ou trois anecdotes moscovites qui nous ont plu. On vous rajoute aussi quelques petits détails qui nous ont interloqués, qui nous ont fait sourire… Ou pas.

« Longs Courriers, petites histoires / Episode 1″

Impressions moscovites

– Pour traverser les grandes rues, un compte à rebours accompagne le petit bonhomme du passage piéton. Certains sont un peu inégaux : 20 secondes de vert, pour 60 secondes de rouge. Autre truc rigolo : les bonhommes sont animés, ils font des pas.

feu vert

– Le métro est d’une propreté parfaite. Et pourtant, il n’y a pas la moindre poubelle. « A cause du risque d’attentat », nous dit-on.

metro moscou 3 metro moscou 2 metro moscou1

– Pas très varié, Moscou, côté couleurs de peau. Ce qui donne envie d’en savoir plus sur les flux migratoires en Russie.

– Les kopecks, la division du rouble, ça ne sert à rien. Quand 40 roubles valent un euro et que le niveau de vie est à peu près le même qu’en France, les prix ne vont que rarement en dessous de la virgule. Du coup, quand on en a, on ne sait pas quoi en faire. Peut-être qu’ailleurs, où la vie sera moins chère, nous pourrons les utiliser ? En tout cas, on a bien compris l’expression « ça ne vaut pas un kopeck ».

– Les galeries du métro sont truffées de petites échoppes faisant au maximum 3 m2. Ici, les moscovites peuvent trouver vêtements, cigarettes (rarement au-dessus d’un euro le paquet), gourmandises et… souvenirs, parfois étonnants, comme ici.

matriochkas foot

– Aucune trace de street art. C’est peut-être interdit (nous n’avons pas encore vérifié) mais du coup, nous avons fait maintes images de cet unique mur peint de toutes les couleurs, dans le quartier Arbat. D’ailleurs, si quelqu’un sait qui est ce jeune chérubin fait de mosaïques…

mur tagué étrange mosaique

– Aucune trace de deux roues. La faute à la météo ? Ou aux grandes avenues spécialement pensées pour les voitures? La visite à vélo de la ville n’est donc pas conseillée, surtout en février…

Demain, nous partons pour l’île d’Olkhon, à 70 km d’Irkoustk, pendant deux jours. On se coupe donc à nouveau du web ! Mais promis, on vous ramènera de jolies images et on fera un bel article sur le lac Baïkal gelé…

6 réponses

  1. Taoanas (@Taoanas)
    | Répondre

    Pour les flux migratoires je crois me rappeler d’être allé dans un très bon Arménien à Moscou. C’est déjà une piste ^^.
    Je me rappelle aussi que les voitures hésitaient pas à se garer en plein milieu des carrefours.

    Merci pour cette vidéo et ces anecdotes !

  2. Dietlin Olivier
    | Répondre

    C’est le Pibe, voyons, bien sûr, dis-donc #celuiquifaitunefixettesurlargentine

  3. Anonyme
    | Répondre

    Sympa votre reportage j attends avec impatience le prochain

  4. Hélène Marie F
    | Répondre

    Je ne sais pas qui est le chérubin de mosaïques, mais peut-être que le texte écrit à côté peut aider?
    « qui est mort, mais non oublié, [texte coupé]
    Vitia, nous nous souvenons de toi » [suite éventuelle coupée?]
    Vitia est le diminutif de Viktor.

    • Hélène Marie F
      | Répondre

      je viens de trouver la phrase au complet, il s’agit d’une citation de Lao-Tseu :

      « celui qui meurt mais n’est pas oublié vit à jamais »
      Vitia, nous nous souvenons de toi, Dima [Dimitri] et ses amis, les mots ne sont pas nécessaires.

      La personne en question est Viktor Tsoï
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Viktor_Tsoi

      Et ce mur qui lui est consacré porte son nom
      http://en.wikipedia.org/wiki/Tsoi_Wall
      (malheureusement il n’y a pas de version française de l’article)

      J’aurais pu faire un bon détective ^^

  5. chrissand
    | Répondre

    Je me rappelle surtout des fous rires lorsqu’on allait au restaurant et qu’on avait des cartes uniquement en cyrillique! C’était toujours la surprise à l’arrivée des plats!
    On a apprécié Moscou et adoré Saint Petersbourg :)

Répondre