Des sons et du voyage : sur la route avec le dernier Indochine

Voici le visuel de la pochette de Black City Parade d’Indochine

 

Dans la collection « Et après ? »,  il y a encore un petit fil rouge que je voudrais suivre des doigts : celui de la musique. En fait, celui d’un disque en particulier, sorti lors de notre départ, et qui me tient particulièrement à coeur… Black City Parade, dernier album d’Indochine. J’ai écrit ce texte il y a quelques temps, mais je le publie aujourd’hui puisque ça fait  deux ans, aujourd’hui, que ce disque est sorti.

Autant poser l’information tout de suite : depuis très jeune, j’adore Indochine, sans être une groupie, je suis ce groupe de très près, et je m’intéresse à  tout ce qui touche, de près ou de loin, à cette sphère musicale.

Nous avons construit notre projet de voyage alors qu’un nouvel album était en gestation, fin 2012 : Black City Parade. Mais le disque sortait quelques jours après notre départ, le 11 février, jour où nous montions dans le Transsibérien. Quelques mois avant, un premier single était déjà sorti, Memoria, et je ne savais pas trop, alors, ce que j’en pensais vraiment. Mais déjà, je sentais que le disque serait, du moins en partie, connecté à mon voyage. J’en ai eu la confirmation quand j’ai découvert les dates de tournée de ce nouvel opus : surprise, Indochine passait par Strasbourg deux jours après notre retour en Alsace ! Qu’on se tienne à notre planning ou pas, ça valait le coup de s’imaginer finir le voyage dans la foule du Zénith. Et, spoiler, c’est arrivé. Le 27 février 2014, aussi, est resté comme une date pas comme les autres : nous étions dans le train, loin, dans les steppes, et Indochine jouait à Grenoble, lors d’une date symbolique pour eux, celle de la disparition de Stéphane Sirkis.

Un nouveau son pour une nouvelle expérience

Rembobinons. Après avoir passé quatre jours merveilleux dans le train à travers la Sibérie, nous arrivons à Irkoutsk, pour notre première lessive, notre premier dortoir. Notre première connexion wifi, aussi, je crois… Et là, un grand dilemme s’impose : comment faire pour découvrir le nouvel album d’Indochine, d’ici, avec ce que propose le web russe ? Trop pressée, je me décide à acheter la version numérique du disque. Au moins, j’avais le précieux disque dans mon petit baladeur MP3. Et je souhaite à tout le monde de pouvoir découvrir le travail d’un groupe ou d’un musicien apprécié en traversant les steppes mongoles, vraiment. C’était un nouveau son pour une nouvelle expérience. Mais des références, des voix, des échos, que je connaissais, que j’ai adoré retrouver.

Et vous ? Quelle musique emmenez-vous en voyage : vos préférés historiques ou des nouveautés ?

Depuis, ce disque est étroitement connecté au voyage. Traffic Girl, qui évoque les femmes en Corée du Nord, dont le texte a été écrit par Lescop, que j’aime aussi beaucoup, a forcément eu un écho fort quand nous étions dans le pays. En fait, c’était même bizarre, imprévu, mais voilà, ça fait partie des hasards qui marquent. Et puis, Memoria a soudain pris tout son sens quand j’ai réalisé que je rentrais en France et que j’avais toutes les bonnes raisons de le faire. « Je reviendrai tout recommencer », c’était un peu ça.

Maintenant que nous sommes rentrés depuis un an, ce disque a pris valeur de madeleine de Proust. Réentendre certaines chansons me transporte immédiatement dans un bus de nuit au Chili, dans un hamac du Vietnam, un peu partout, finalement. Ces petits marqueurs temporels complètent les souvenirs plus classiques.

D’autres sons, bien sûr, font partie de nos souvenirs musicaux : je pense à la radio de hipsters Triple J sur les routes australiennes (genre Macklemore qui passait TOUT LE TEMPS), les clips acidulés dans les bus asiatiques, les chants de Noël mielleux en Amérique du Nord durant les dernières semaines, les tubes sud-américains, les chansons brésiliennes que Carlos et son épouse nous ont passées à notre arrivée, et tant d’autres…

Une scène pour finir 

J’avais ce disque dans les oreilles jusqu’à cette matinée fantôme, où nous avons atterri à Londres après une nuit dans l’avion, laissant Montréal sous la neige et sous les lumières de décembre. On somnolait comme des vieux chats en attendant le dernier petit vol vers la France. Complètement déconnectés. Les jours qui allaient suivre allaient être fous, ou du moins bizarres. Retrouver tout le monde comme si c’était hier alors que nous ne nous étions pas vus de toute l’année ou presque. Revoir la maison, la famille, et puis Strasbourg. Nous avons retrouvé, aussi, ces deux places de concert pour Indochine. Tout avait plus ou moins collé, on pourrait donc s’y trouver. Mais c’était un concert bien différent pour moi, qui avait déjà entendu le groupe en live au moins cinq fois. D’abord, pas question de se pointer très en avance pour être dans la fosse, nous avions plein de gens à voir à Strasbourg. C’est donc la première fois que j’ai assisté à un concert d’Indo depuis les gradins, c’était chouette aussi. Même si à un certain point, je me mordais les lèvres de ne pas être dans la fosse remuante, je savais aussi qu’on aurait sans doute pas résisté : notre fatigue et le décalage horaire nous pesaient beaucoup. Manu s’est même endormi durant la pause entre la première partie et l’arrivée d’Indo. A vrai dire, je ne me souviens que très peu de la première partie… Ai-je dormi aussi ?

Heureusement, un concert d’Indochine, c’est toujours un spectacle qui démonte tout. C’est une communion sans égal, et c’était juste le feu d’artifice parfait pour clore cette année dingue. J’étais là, pendant que d’autres étaient dans le train à travers la Russie, dans un bus en Colombie, à la plage au Vietnam, dans une usine à Dakar. Nous étions là.

IMG_4024

 

3 réponses

  1. La Luciole
    | Répondre

    Haha c’est rigolo, pour moi Macklemore, c’est l’Ecosse. Parce qu’il passait en boucle à la radio dans la voiture, quand on était en road trip avec mon frère et ma sœur. Et tu as raison, chaque fois que je l’entends maintenant, ça m’y fait penser. ;) Black City Parade en madeleine, c’est pas mal quand même !

  2. Anaïs
    | Répondre

    Bonsoir !
    Un petit commentaire pour te prévenir que je viens de te nominer au Liebster Award ! Mon article est là : http://anaisleblog.com/liebster-award/
    À toi de jouer !

    • Sarah Lachhab
      | Répondre

      Merci beaucoup ! C’est vraiment sympa. Cela dit on l’a déjà fait il y a quelques mois, du coup ça serait un peu redondant :) A bientôt !

Répondre