À Polonnaruwa, le vent l’emportera

Posté dans : Asie, Home, Sri Lanka | 6

image
Me voilà assise face aux rizières, face aux vents. C’est la saison des bourrasques et on ne remerciera jamais assez le ciel du Sri Lanka pour ces élans de fraicheur. Je ne sais pas pour vous, mais moi, ces vents horizontaux qui brident nos yeux et retournent nos cheveux, ça me donne irrémédiablement envie de m’asseoir là où je me trouve, et peut-être aussi de fermer les yeux pour un petit somme. En commençant ce texte, il était question de vous raconter Kandy, et puis finalement Sigiriya et ses rochers vertigineux. Mais ce matin, face au vent et à la verdure, j’ai envie de raconter un soir simple à Polonnaruwa où on peut avoir la sensation de vivre là depuis quinze ans tellement tout coule de source. En sautant du bus, nous ne savions pas grand chose de la bourgade, si ce n’est qu’on peut y visiter des ruines de temples et que ça ne nous disait qu’à moitié. D’entrée de jeu, un homme nous propose de nous montrer une guesthouse, on lui répond qu’on a plutôt faim. C’est sur le même bonhomme qu’on retombe en sortant du boui boui où nous avons grignoté quelques galettes. Et c’est avec lui, aussi, que nous avons papoté une heure durant ce matin. Il possède une auberge mais il accepte de bon cœur de nous conduire à celle que d’autres voyageurs nous ont recommandée. Pas super. Mais quel étonnement de voir que les différents hôteliers ont plutôt choisi de bosser ensemble que les uns contre les autres. Finalement, c’est sous le toit du bonhomme qu’on trouve une parfaite petite chambre, face aux vents et aux rizières. Au loin, une digue, nous séparant du lac de Topawewa. C’est pas n’importe quoi, ce lac : un roi du 12e siècle, je crois, a fait creuser ce réservoir immense (1800 ha) à tel point qu’on hésiterait presque à encore le qualifier d’artificiel. Malgré les courants d’air, il fait lourd et les peaux sont poisseuses. Il paraît qu’on peut profiter de la piscine d’un hôtel, au bord du lac, alors on se dit qu’on va tenter notre chance.

Dès que l’on a atteint le sommet de la digue, on a compris que la balade serait jolie. Encore plus, peut-être, à vélo, mais à pied c’est très chouette aussi. D’une part, le lac brillant, à perte de vue, et de l’autre, les rizières et les palmiers fluorescents où se dissimulent quelques temples ou autres bâtisses. Le vent est tellement assourdissant que l’on décide de se taire et de simplement saluer les pêcheurs et les promeneurs que l’on croise. Plus on avance plus on distingue une sorte de plage verte, couverte d’une herbe grasse et de tonnes de coquillages. Quelques villageois se baignent et se savonnent sur la côte. On descend et Manu ne résiste pas, il enfile son maillot. Ne voyant pas de femmes dans l’eau, je décide de m’abstenir, craignant de créer un malaise. Et puis sur la plage aussi, on s’amuse : un groupe de jeunes gens s’est installé là avec un tam tam, c’est magique. Je me joins à eux, je frappe des mains, subjuguée par le plaisir à chanter là, tous ensemble. Plus tard, je leur demande si je peux faire une petite photo (n’ayant que mon téléphone, elle est mauvaise, sans surprise…) et je prends le son pendant un instant. On ne s’impose pas, on écoute et on se pose tout près. Après la session chant, les jeunes vont à l’eau et Manu les accompagne encore une fois. C’est l’heure pour eux de filer, on serre plein de pinces, on fait des photos ensemble et on parle de nos pays respectifs. Juste comme ça, vite fait. Le soleil descend. Nous aussi, on hisse les voiles, histoire de revenir en ville quand la nuit approche, en fredonnant des chants cingalais, aussi doux que le lac.

image

6 réponses

  1. Mireille Audirac
    | Répondre

    Je me répète, mais encore merci de nous faire vivre votre voyage.Je m’y immerge totalement et rêve d’aller voir ce petit bout de terre
    A++

    • Sarah Lachhab
      | Répondre

      Merci beaucoup c’est très touchant ! Pour nous aussi c’est formidable de choisir les instants à raconter, tout préparer…
      Ouvre l’œil, le Sri Lanka n’est peut être pas si loin ;)

  2. Annick
    | Répondre

    Merci de nous faire partager ces instants simples et précieux avec tant de poésie… J’en suis toute retournée… Les photos aussi sont féériques ! Quel plaisir de vous lire, on voyage à vos côtés…

  3. natieak
    | Répondre

    Merci pour ce joli voyage que tu nous offres à travers cet article ^_^

  4. AUDIRAC Mireille
    | Répondre

    Merci pour la carte que nous venons de recevoir, à bientôt

  5. Mat
    | Répondre

    J’y étais il y a un mois, très joli comme endroit et à visiter en vélo. J’ai hésité à aller me baigner même si je voyais des sri lankais le faire… C’était quoi votre guesthouse ? J’étais au Leesha Hotel. Meilleurs repas que j’ai eu au Sri Lanka d’ailleurs…

Répondre