Pourquoi on a adoré le crowdfunding

KKbb spassiba

Ce matin, à l’ouverture des volets, Grenoble avait un air léger de Sibérie. Des flocons denses, un froid mordant. Un clin d’oeil plus tard, l’ordinateur me siffle : un nouveau KissBanker ! Celui qui permettra d’atteindre l’objectif, tant rêvé, pour nous permettre de financer notre webdocumentaire « Entrez dans le Transsibérien », consacré à la vie quotidienne à bord de ce train mythique… Mais tout de même bien mystérieux.
On vous raconte tout !

Mais rembobinons. Depuis novembre, on vit à 100 à l’heure pour la préparation du voyage  et de tout ce qui s’en suit. Nous savions que nous voulions nous frotter au genre du webdocumentaire, parce qu’on en a vu tellement des beaux, et parce qu’on est journalistes web, quoi, zut, à la fin. Alors, on rêve. On pense au Transsibérien. On pense à Blaise Cendrars qui y était (peut-être?) il y a tout pile un siècle, et qui a écrit un sacré texte à son propos. On se dit : « Mais attends, déjà faire 8 heures de train, c’est long… Tu imagines, quatre jours ? Tu imagines, sept jours ? ». On bloque sur cette idée : hors les paysages, le tchouk-tchouk, la neige, c’est comment de vivre à bord d’un train ? Comment on mange, comment on sympathise avec les voyageurs quand on ne parle pas la même langue ? Comment on fait sa toilette ? Croyez-moi, on a discuté avec ferveur, on s’est crêpé le chignon, mais finalement, on s’est lancé dans ce projet de webdocumentaire frigorifique, au coeur de l’hiver sibérien. Voilà pour l’idée.

Le crowdfunding, on connaissait, mais de loin. Comme vous, on a entendu les stars qui sont nées dans le nid de MyMajorCompany. On avait bien cliqué une ou deux fois sur Ulule, KissKissBankBank, Kickstarter. Mais ça nous semblait si lointain. Si improbable. On était un peu timides, en fait. Mais on a pris une grande inspiration… Et zou. On a bricolé une vidéo avec des bouts de ficelle, on a « testé » nos propositions de contreparties sur nos proches. L’équipe de KissKissBankBank nous a bien aidés, afin de proposer un projet beau et bien léché. Et le 18 décembre, c’était parti. C’était le jour de ma deuxième série de vaccins. Autant vous dire que j’avais l’esprit complètement ailleurs pendant que l’on m’injectait divers petits virus.

Nous sommes passés par plusieurs états d’esprit. L’engouement, en voyant les premiers KissBankers arriver : nous étions vraiment touchés, chaque participation a décuplé notre envie de partir. C’est comme si, à chaque nouveau mail, une personne entrait dans notre wagon. Et on se serre sur la banquette, et on lui tend une tasse de thé.
Par moment, aussi, nous avons été gênés. On s’est dit : mais n’est-on pas juste de vils spammeurs qui rackettent les gens autour d’eux ? Les gens se sentent-ils obligés ? Autour de nous, il y a beaucoup d’étudiants, de jeunes diplômés. Nous craignions vraiment d’instaurer un malaise, mais ce sentiment était mixé avec énormément de reconnaissance.
Il y a également eu une phase où nous pensions que notre sujet n’intéressait simplement pas. Vous le verrez dans le schéma ci-dessous : il y a eu une période où nous nous étions éloignés dangereusement de la diagonale verte, qui représente la moyenne globale. Grands doutes.
Mais ces derniers jours étaient assez euphoriques. En discutant avec des amis connaisseurs du crowdfunding (Flo, Simon, merci… ), j’ai été rassurée. L’argument « statistique » l’emportait. Plus on s’approchait de l’objectif, plus on gloussait comme des petits poulets.

La courbe de progression de notre collecte. La ligne verte nous montrait la progression "moyenne". Il est intéressant de voir qu'au début, nous avancions vraiment par paliers, et qu'à la fin, le rythme s'est accéléré.
La courbe de progression de notre collecte. La ligne verte nous montrait la progression « moyenne ». Il est intéressant de voir qu’au début, nous avancions vraiment par paliers, et qu’à la fin, le rythme s’est accéléré.

Vous l’aurez compris, cette expérience « crowdfunding » nous aura apporté bien plus que des sous pour mettre en oeuvre notre projet de webdocumentaire. Nous sentons, autour de nous, une véritable communauté. Qu’ils aient participé ou pas, bien sûr, nos proches et nos amis font partie de cette « bulle » qui flottera au-dessus de nos têtes. Mais la progression, suivie au quotidien, de notre collecte, nous a donné un moyen palpable de nous rapprocher encore de cette sympathique communauté. Le projet KKBB, ainsi que le projet global Longs Courriers, nous a permis de nous rapprocher de gens que l’on a côtoyés, de membres de notre famille. Ces échanges n’auraient sans doute pas eu lieu, malheureusement, sans ce joli prétexte qu’est le voyage. D’une certaine manière, l’éloignement géographique nous rapproche…

Et puis, il y a tous ceux qui ne nous connaissaient pas et qui font partie, maintenant, de l’aventure. Grâce à KissKiss, nous avons échangé des mails avec plein de monde, et ça fait un bien fou. Et dans ce projet KissKiss, les contreparties sont vraiment très importantes. Ainsi, on est au delà du simple don : la politesse est rendue, et croyez-nous, nous nous réjouissons de vous trouver de magnifiques petites choses, vous écrire des mots, rien qu’à vous.

J’ai vraiment adoré, en tout cas, me frotter à ce type de financement. Ca ouvre une tonne de possibilités… Mon amie Mathilde, tout à l’heure, me disait : « Je me suis baladée sur le site, j’ai aidé un autre projet que j’ai trouvé super ». Moi aussi. J’ai flashé sur le projet « Ma grand-mère des Annapurnas »Et l’idée de faire partie, même avec une petite contribution, du rêve de quelqu’un d’autre, est tout autant agréable que de recevoir un soutien d’un nuage de personnes prêtes à soutenir notre propre projet.

Merci à vous pour ce rêve éveillé. Vous serez avec nous, à bord du train. Jusqu’au 27 janvier, la collecte reste ouverte, et tous les fonds supplémentaires permettront d’aller un peu plus loin (on pense, on l’avoue, avec insistance à l’île d’Okhlon, au coeur du lac Baïkal gelé), de faire un peu plus. Mais déjà, c’est gagné. Et c’est grâce à vous, à vos dons, à vos encouragements, à vos partages, à vos coups de fil.

On vous embrasse !

2 réponses

  1. Benoit (novomonde)
    | Répondre

    Super!!!!
    Vous faites trop plaisir en tous cas… Grace à vous, j’ai été me balader sur kiss kiss et j’ai trouvé le site juste génial! Votre projet aussi est super… On se réjouit de voir le résultat ;-). Avec Fabienne on a aussi un projet caritatif qui nous trotte par la tête et on avait vrmnt pas pensé à ce mode de financement… c’est juste génial! Et comme tu dis, ça a l’air de vous avoir donné un coup de boost niveau envie ;-)
    Bon courage pour la fin des préparatifs… nous on finit les vaccins et on achète nos billets d’avion en ce moment ;-)

    Bon vent

    Benoit (novomonde)

    • longscourriers
      | Répondre

      Bon courage pour toutes ces étapes pleines de sens !
      Pour KissKissBankBank, vraiment, on ne pensait pas que l’expérience serait si marquante. Si jamais tu veux en discuter, n’hésite pas à nous écrire un mail ! longscourriers2013@gmail.com
      Bon week end !

Répondre