Vietnam : découvrez le Bai Choi à Hoi An (vidéo)

Posté dans : Asie, Vietnam | 3

IMG_3718 C’est dans le train de nuit entre Kunming et Hekou, à la frontière de la Chine et du Vietnam, que j’ai lu les premières lignes sur Hoi An. Nous n’avions pas encore réfléchi à notre itinéraire au Vietnam mais j’ai pensé simplement : cette ville a l’air particulière, allons-y. Et puis le lendemain, à Lao Cai, nous avons rencontré Ny. Originaire de Hoi An, elle nous a fait baver – avec Michel, son amoureux, mon cousin, si vous avez suivi dans la note précédente… – sur sa ville natale. Tout, à Hoi An, serait meilleur, plus beau, moins cher. « Tu verras, à Hoi An », c’est un peu devenu notre running gag durant notre épopée nordique. A raison.

IMG_3691 Commençons pas vous dire ce que nous n’avons pas fait à Hoi An. Nous n’avons pas visité les anciennes maisons du centre-ville, nous ne nous sommes pas fait tailler de smokings ou de jolies robes, nous n’avons pas acheté de lampions.
Hoi An est l’une des villes les plus touristiques du Vietnam. Les nombreux groupes à drapeaux que vous croiserez dans le centre-ville vous le prouveront. Mais ce n’est pas grave puisque la ville est jolie pour tout le monde. Protégé par l’Unesco, son centre-ville est à croquer avec ses vieilles maisons basses et ses centaines de lampions colorés qui s’allument doucement à la nuit tombée.

Hoi An, le ventre plein

L’endroit que nous n’oublierons pas : le Red Gecko, évidemment. C’est le restaurant familial de Ny où nous avons pu goûter les meilleurs plats vietnamiens du voyage. Vraiment. Calamars farcis, nems délicieux, crevettes gargantuesques… Sa terrasse, dans une rue calme en face du fameux « pont doré », nous a vraiment fait nous sentir « comme à la maison ». Et nous n’avons pas été les seuls, au vu du nombre de voyageurs qui revenaient dîner au Red Gecko. Donc… Si vous êtes dans le coin, allez donc faire coucou de notre part, vous ne serez pas déçus.
La ville regorge d’ailleurs d’une infinité de bons restaurants, du boui boui sympathique à la vraie table avec nappe. C’est aussi à Hoi An que nous avons saisi le véritable sens du mot « niao » (je l’écris faux, sans doute), qui désigne ce qu’on appellerait dans les émissions de cuisine un apéro dinatoire. Un seul mot pour dire : boire, manger et discuter. Tout à la fois, et tous ensemble. Avec les plats arrivant l’un derrière l’autre. A la plage, une forêt de petites tables et chaises accueille le voyageur qui veut « niao » pour un verre, quelques coquillages, des galettes de riz, du gentil grignotage. Jusqu’à la tombée de la nuit…

Jeux urbains à Hoi An

IMG_3702

Après l’épisode « niao », le fun continue. Et nous prouve que le centre-ville est fréquenté tant par les habitants de Hoi An que par les visiteurs… En marchant au bord de la rivière, on s’arrête face au spectacle donné par deux chanteurs vietnamiens. C’est le « Baichoi ». Amis du théâtre et de l’impro, restez branchés. Au début du spectacle, un homme tout de jaune vêtu distribue des petites pancartes listant trois mots en vietnamien. 20 000 dongs chacune, soit environ 70 centimes. Là, le jeu commence : deux chanteurs se lancent dans un texte improvisé et piochent une à une des petites baguettes contenant chacune un mot, qu’ils doivent inclure dans leur litanie. Si, par hasard, ce mot chanté est inscrit sur votre pancarte, vous bondissez de joie ! Et l’homme en jaune vient vous apporter un drapeau… jaune. Plus que deux avant la victoire !  La chanson reprend, les acteurs piochent les baguettes, psalmodient les mots. Parfois rien ne se passe. Parfois, quelqu’un couine et reçoit son drapeau. Et dès que quelqu’un complète sa grille de bingo sa collection de mots, c’est gagné ! Très drôle, dansant, ce jeu court, dynamique et tellement simple passionne tout l’auditoire. Voilà une très courte vidéo pour vous montrer à quoi ça ressemble. Coup de bol, mon équipe a gagné un très beau lampion !

Plus loin, dans une rue parallèle, nous avons joué à une sorte de pinata vietnamienne. Un pot de terre est suspendu en l’air, au niveau de la tete. Le joueur, placé à 5 mètres, doit avancer masquer et réussir à briser le pot. Une seule chance est permise ! Et si il est adroit et atteint sa cible – avec l’aide des cris du public, il gagne aussi un petit lampion tout mignon.
IMG_3721
Fin mot de l’histoire : Hoi An, vrai coup de coeur au Vietnam. Légère sensation d’être à la maison parce qu’on avait posé nos sacs plus de deux nuits au même endroit.
Ensuite, à Ho Chi Minh Ville, c’était chouette mais compliqué et pas tellement sexy, à l’exception de notre rencontre avec ma vieille amie Amandine, pas vue depuis le collège. A présent, nous nous sommes presque « échoués » au Cambodge, nous luttons contre la chaleur et nous nous baladons dans des ruines (vous avez deviné lesquelles). On vous raconte très vite !
 IMG_3739

3 réponses

  1. Michel Meyer
    | Répondre

    Héhé, on vous avait prévenu, vous avez eu ce que vous méritiez !

  2. […] A ce jour, et si je m’amuse à comparer des choses qui ne sont pas comparables, je dirai que les paysages nord-vietnamiens ont été les plus beaux. La faute aux (trop) vertes vallées tapissées de rizières en terrasse, à la végétation grasse et luxuriante, aux formations karstiques surnaturelles. A certains endroits, on n’aurait pas étonné de voir paître un diplodocus. Et même si on a vu que des buffles, ça suffisait. Le Vietnam, c’était très beau au nord. On a moins aimé Saïgon. On a encore moins aimé le début de la "backpacker trail", le circuit touristique classique en Asie du sud-est,  qui fait que les relations avec les gens sont biaisées par du "buy something, please".  Mais c’est pas pire ici qu’au Cambodge ou surtout en Thaïlande.  En Chine, on pouvait passer plusieurs jours sans voir d’autres occidentaux. Ici, on rentre dans un monde où l’on est qu’un touriste de plus. Mais c’est pas très grave au final. Petite mention pour Hoi An et notre coup de coeur culturel, le Bai Choi. […]

Répondre