Vietnam : pourquoi on a choisi la baie de Bai Tu Long

Posté dans : Asie, Uncategorized, Vietnam | 7

20130501-225418.jpg« Je veux voir des roches karstiques », répétait Manu en Chine. Puis au Vietnam. Naturellement, c’est à la baie d’Halong que l’on pense tout de suite. Ses majestueux et étranges rochers sortant de terre comme des champignons en ont fait rêver plus d’un. Pourtant, nous avons choisi de visiter la baie de Bai Tu Long, tout aussi jolie mais encore bien moins fréquentée. Récit et bons conseils (malgré le gris du ciel).

Après avoir batifolé dans le nord du Vietnam, nous avons fait une petite escale à Hanoi avant de mettre le cap vers la côte. Attirés par la baie d’Halong, nous avions cependant assez peu envie de nous frotter aux groupes organisés et de zigzaguer entre les bateaux. C’est sans doute aussi un très bon moyen de découvrir la baie d’Halong, cependant, après plusieurs jours dans la campagne du Nord, on avait juste pas envie. C’est donc avec intérêt que nos doigts, sur la carte, ont pointé la baie de Bai Tu Long. Accolée à celle d’Halong, elle possède les mêmes roches mystérieuses et tout autant d’îles intéressantes.

baie bai tu long brouillard

Comment y aller ?
C’est certes un peu plus compliqué que pour rejoindre la baie d’Halong, facilement reliée à Hanoi par une ribambelle de bus. De la gare routière de Hanoi, demandez à prendre un bus allant jusqu’à Cai Rong, toute petite ville portuaire située sur l’île de Van Don. Il n’y a qu’une trentaine de kilomètres en plus. A Cai Rong, poussez jusqu’au petit port : voilà, vous admirez la baie de Bai Tu Long !
Plusieurs petits hôtels bordent le port. Quand nous y étions, nous avons payé 150 000 dongs par chambre, entre 7 et 8 euros à vue de nez. Vous aurez sans doute besoin de vous poser dans cette petite ville une nuit parce que les bateaux pour les îles alentour partent très tôt (7h, 8h… mais 13h aussi).

L’île mystérieuse…
Pour profiter de notre après-midi à Cai Rong, nous nous sommes rendus sur une toute petite île au large de Van Dong. Cinq minutes en petit bateau à rames, et nous voilà accueillis par un singe sympathique, sur une plage bordée de maisons flottantes. S’il avait fait beau, croyez-moi, on aurait élu domicile sur ce petit bout de terre mystérieux. En effet, l’île a connu une sorte de « tentative de développement touristique » il y a plusieurs années mais tout a été abandonné avant l’ouverture aux touristes. C’est donc une sorte de village vacances du passé que l’on peut visiter. Il reste des cuisines en plein air, des bancs, des sculptures hideuses, des parasols… Tout est en béton. Une grande série de marches a été installée jusqu’au sommet de l’île. L’ascension était dangereuse, et l’argument « sécurité » a aussi dû peser sur le funeste destin de ce centre de vacances.

20130501-225253.jpg
L’île mystérieuse..
20130501-225330.jpg
Sculptures témoignant du super centre touristique qu’aurait dû devenir cette île…

20130501-225521.jpg

20130501-225436.jpg

Sur l’île de Quan Lan

Parce qu’on est pas si matinaux (et qu’on avait un anniversaire à fêter), on laisse filer le premier bateau de 6h30 pour lui préférer celui de 7h30. On met le cap sur l’île de Quan Lan, où nous sommes plus ou moins sûrs de trouver un lieu où dormir, ce qui n’est pas le cas des autres îles en basse saison. Nous débarquons sur une minuscule jetée où attendent une dizaine de chauffeurs de tuk-tuks. Rapidement fatigués par leurs cris, on choisit de partir avec le plus silencieux d’entre eux. Nous tombons sur une guesthouse charmante au centre de l’unique carrefour de Quan Lan, la plus grande des deux bourgades de l’île.

ile mysterieuse

Après une balade à pied, une bonne bouffe et une petite sieste, on loue des motos pour rejoindre le nord de l’île : très longiligne, Quan Lan s’étend sur 14 kilomètres environ. Au nord, le village de Minh Chau, au sud, la bourgade éponyme où nous dormons. Et tout du long : la plage. J’aurais donné cher pour découvrir cette île sous le soleil, mais déjà, et malgré le ciel menaçant, le charme prend. Arrivés au bout de l’île, on flâne sur la plage pendant que d’autres (devinez qui) se lancent dans un match de foot endiablé… avec l’équipe de poussins du village.

equipe foot footime ile

Notre étape à Quan Lan aura été l’occasion de faire deux découvertes culinaires : la méduse, d’abord, fraiche et sympa, même si c’est sans doute l’assaisonnement plus que la méduse elle-même qui fait tout l’intérêt du plat.
salade de méduse
Le soir, nous avons également goûté des « vers des sables ». Oui, vous pouvez faire la grimace : avant de passer à la casserole, ce n’était qu’un seau immonde de vers noirs et sableux. Dans l’assiette, ils se sont transformés en… petites chaussettes rayées bleues. Etrange. Pas un délice, ma foi, on aura ri de notre expérience mais on n’en remangera pas de sitôt.

salade de vers

La baie d’Halong… Côté terres
Le lendemain matin, nous reprenons le bateau pour rejoindre Halong City. Ainsi, on traverse tout de même un bout de la baie d’Halong ! On récupère ensuite un bus qui nous emmène à Ninh Binh, où l’on peut admirer ce que l’on appelle « la baie d’Halong terrestre ». Les mêmes rôches karstiques se dressent dans la plaine et c’est très joli à voir. Une partie de la visite se fait tout de même sur un bateau : pendant deux heures, on glisse parmi ces roches majestueuses, entourées de rizières. C’est très beau.

ninh binh bateau3 ninh binh 3

Nous voilà donc rassasiés de roches karstiques, et plus qu’intrigués par cette baie de Bai Tu Long, encore peu courtisée par les touristes. Si nous avons regretté l’absence de beau temps (nous y serions peut-être encore si le soleil avait brillé) nous avons vraiment été touchés par le charme de ces îles simples, coquettes et vivantes.

7 réponses

  1. La Luciole
    | Répondre

    Les vers, ça fait joli dans l’assiette, mais c’est vrai que ça donne pas forcément envie… ;)

    • longscourriers
      | Répondre

      J’avoue qu’on a pas compris l’intérêt gustatif du truc… Pourquoi s’embêter à ramasser des vers dans la terre, les laver, les cuire, quand ceux-ci n’ont juste.. pas de goût ? Bref, qu’importe : on a mangé des vers :D

  2. Cette baie présente l’immense avantage de ne pas être envahie comme celles d’Halong, alors ça ajoute nettement à sa beauté ;)
    Quant aux vers, je suis admirative, je ne crois pas que j’aurais réussi à dépasser mon dégoût…

  3. […] : 21 jours. Trajet : Lao Cai, Sapa, Bac Ha, Hanoï, Bai Tu Long, Nim Binh, Hué, Hoi An, Saïgon. Transports : train, bus & bus-couchettes, taxis collectifs, […]

  4. Mimo
    | Répondre

    Hello !
    Votre petit parcours a l’air d’être magnifique ! Vous avez mis combien de temps pour faire hanoi – cai rong (de quelle gare routière d’ailleurs ?) ?
    On se réjouit de gouter les petits vers ! ;)
    Bonne route !

  5. Lisou
    | Répondre

    Hello,

    Dis où précisément as-tu pris le bus pour rejoindre Ninh binh? Mon amie et moi tentons d’organiser notre petit périple entre la baie de Tu long et la baie d’Halong terrestre mais j’ai l’impression que sans passer par les agences c’est un peu mission impossible!

  6. Bai Tu Long
    | Répondre

    C’est certain que la baie de Bai Tu Long est une extension bien moins touristique que la baie d’Ha Long classique. Il n’y a que très peu de jonques autorisées à faire des croisières sur certains itinéraires alors c’est forcément plus cher que la baie d’Ha Long traditionnelle, mais c’est tellement moins touristique. C’est une expérience qui n’a rien à voir.

    Sinon, si vous souhaitez une croisière encore plus sauvage, vous pouvez également vous rendre dans la baie de Lan Ha. C’est au sud de la baie d’Ha Long, vous pouvez réserver des bateaux privé au départ de l’île de Cat Ba.

    Dans tous les cas, les paysages sont grandioses !!!

Répondre