Vol de sac et assurance voyage : suite et (heureuse) fin

IMG_3865
Difficile de trouver une illustration… Mais cette chenille est définitivement trop mignonne.

Il y a quelques jours, chers lecteurs, on vous avait bassiné les oreilles avec notre histoire d’assurance qui tournait mal, après le vol de notre sac. Aujourd’hui, enfin, c’est terminé : on est contents de vous dire qu’on a pu obtenir un remboursement, et ça, c’est grâce à vous. Parce que vous avez lu, relayé, commenté, sur cette question plutôt importante quand on est embarqué dans un voyage au long cours.

Alors merci. Merci beaucoup à vous, pour votre attention, vos conseils et vos témoignages. Jusqu’ici, on ne s’était pas trop posés de questions sur les assurances parce que, ô chanceux que nous sommes, nous n’avions pas eu besoin d’y avoir recours durant les sept premiers mois du voyage. Pas un microbe, pas une égratignure. A peine un coup de soleil et une bonne vieille tourista ici ou là. On touche du bois pour que tout se passe bien durant notre passage aux Etats-Unis et au Canada…

Voilà, en gros, ce qui c’est passé entre nous et notre assureur, Mondial Assistance. Notre demande de remboursement (nous étions assurés contre le dommage aux bagages) avait été refusée pour un motif que nous rejetions, nous avons donc immédiatement demandé un réexamen du dossier. Dans le même temps, nous poussions notre coup de gueule ici et plusieurs membres de ma famille, qui étaient présents dans le bus, ont écrit des témoignages. Sur Twitter et Facebook, notre petite note a été relayée et nous avons eu plusieurs retours.

Là, un échange a débuté avec le community manager de Mondial Assistance et c’est véritablement cela qui a permis à notre dossier d’être revu rapidement. Grâce à lui, nous avions un interlocuteur réel, présent, et le dialogue a pu se faire. En quelques jours, le dossier a été réexaminé, on a obtenu le remboursement qu’on attendait. Fin de l’histoire. Tout a été géré avec courtoisie et politesse. C’est bien.

Cependant, nous restons campés sur nos interrogations : pourquoi la voie des réseaux sociaux est-elle plus efficace que la voie classique ? Autant, notre assureur répond rapidement sur Twitter, autant, il est difficile d’avoir un simple accusé de réception par mail, ou une simple réponse à une question sur notre contrat. Sans parler de la loterie du standard téléphonique. Mais ça…

Qu’en aurait-il été si, par exemple, j’avais 70 ans et pas la moindre idée de ce que sont Twitter et Facebook ? Ou même sans en arriver là, si je n’étais pas une utilisatrice habituée de ces outils, et si notre modeste blog n’existait pas ? Aurais-je été entendue ?

Nous sommes donc soulagés que notre requête ait été entendue et dans le même temps, circonspects quant à la situation du client face à l’assurance (Mondial Assistance ou les autres…) qu’il s’est choisie. Nous continuerons également à relayer les témoignages d’autres voyageurs ayant rencontré des ennuis similaires.

En attendant, la route continue. Encore un peu. Demain, nous volons jusqu’à Los Angeles où nous arriverons en pleine nuit d’Halloween. Et le premier novembre, nous avons des places pour le match entre les Lakers et San Antonio au Staples Center !

5 réponses

  1. Thomas
    | Répondre

    :)

  2. Olivier
    | Répondre

    Pour les agents de l’immigration à l’aéroport de Los Angeles : adopter un profil bas et des plus sympathiques car grands sont leurs pouvoirs de faire ch… le monde !
    J’espère que vous passerez comme une lettre à la poste, mais garde à ces chiens de garde de la « plus grande démocratie du monde »… et puis, bienvenue en Californie où j’habite depuis 17 ans déjà !!!

  3. qojmuhawfl@gmail.com
    | Répondre

    Vraiment très complet. Merci beaucoup, je cherchais une synthèse aussi bonne depuis uin moment.

  4. btutdaklf@gmail.com
    | Répondre

    Je crois bien que le shader utilisé est le Seus. ^^

  5. […] Il y a quelques jours, chers lecteurs, on vous avait bassiné les oreilles avec notre histoire d'assurance qui tournait mal, après le vol de notre sac. Aujourd'hui, enfin, c'est terminé : on est contents de vous dire qu'on a pu …  […]

Répondre